En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > SAVOIRS > Economie > Quelque chose de nouveau de la planète monnaie
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Jepublie.com

Quelque chose de nouveau de la planète monnaie

Johannes Finckh

JePublie
Format: PDF

Lire un extrait     Extrait long

Prix :
10,00

Ajouter au panier

La politique monétaire n’est aujourd’hui plus en mesure de remplir les services que l’on est en droit d’attendre d’elle. Le capitalisme et ses conséquences perverses en sont les résultats constants et inéluctables. La monnaie actuelle, que je définis comme le « signe monétaire durable » (ou SMD), ne pourra jamais conduire à un rééquilibrage social ou matériel. Il reproduit toujours des crises systémiques nouvelles. La « durabilité » même de la monnaie est le principal facteur d’instabilité politique et sociale.
Je propose une définition nouvelle de la monnaie, qui fait clairement la distinction entre la fonction d’échange et la thésaurisation.
Le « signe monétaire marqué par le temps » (ou SMT) est susceptible de résoudre les principales difficultés auxquelles la société capitaliste est confrontée. Il conduira à un environnement économique extrêmement stable, faisant disparaître la rente capitaliste : la totalité des revenus sera versée comme revenu du travail. La circulation inconditionnelle du SMT aura pour effet de produire une conjoncture toujours stable et assurant toujours le plein emploi. La contrainte de croissance aura totalement disparu, l’orientation vers un développement durable sera devenue réalité. La prise en compte des contraintes écologiques et énergétiques ne constituera plus une difficulté particulière, car tout chantage à l’emploi aura disparu.
Cette approche peut sembler utopique, mais le lecteur constatera aisément que la principale difficulté pour la mettre en application tient au fait que ceux qui ont la responsabilité de la politique monétaire et financière ne disposent pas actuellement d’une théorie de la monnaie efficace. J’invite donc tous les économistes à se pencher sur ces questions avec un œil nouveau.

Né en 1954 à Esslingen (Allemagne), Johannes Finckh est psychiatre-psychanalyste. Autodidacte en matière d’économie, il s’est principalement intéressé aux écrits de Silvio Gesell, auteur atypique et peu reconnu par la « science » économique officielle, mais dont la théorie a indéniablement influencé la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie de Keynes. Ne dépendant pas des milieux universitaires, il ne s’estime pas tenu de publier des visions convenues, mais fausses, sur ces questions qui le préoccupent depuis près de quarante ans, et espère par ce texte atypique et iconoclaste faire entendre une voix divergente.

Ceux qui ont été intéressés par Quelque chose de nouveau de la planète monnaie ont aussi consulté :