En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > SAVOIRS > Lettres > Esperanto et jeu de mots dans l'œuvre de Raymond Schwartz
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Jepublie.com

Esperanto et jeu de mots dans l'œuvre de Raymond Schwartz

Marie-Thérèse Lloancy

JePublie
Format: PDF

Lire un extrait     Extrait long

Prix :
30,00

Ajouter au panier

Raymond Schwartz, ce nom évoque surtout, dans la littérature en esperanto, un véritable déferlement d'humour verbal et particulièrement de jeux de mots. À partir de 1926, ceux-ci ont révélé aux usagers de cette langue construite, encore toute jeune et un peu trop guindée, qu'elle portait en germe des possibilités de jeu linguistique pouvant, en outre, servir de support à des plaisanteries souvent grivoises et/ou satiriques touchant aussi bien le monde de l'esperanto que n'importe qui ou n'importe quoi du monde en général. Mais cette extraordinaire agilité de Schwartz à exploiter tous azimuts les ressources linguistiques de l'esperanto déborde largement le cadre de l'humour verbal, même si celui-ci peut se trouver dans pratiquement toutes les formes de ses productions. Or, celles-ci appartiennent à tous les genres ; certains de ses textes ne prêtent d'ailleurs pas du tout à rire, car il pouvait être fort sérieux sans pour autant se prendre lui-même au sérieux. Et c'est sans doute parce que l'humour est toujours tapi dans un coin de son oeuvre que certains, le connaissant mal, l'ont réduit à ce rôle de « clown vert » dont il avait certes endossé l'habit lors de son irruption, avec le « Verda Kato », dans le monde de l'esperanto.

Ceux qui ont été intéressés par Esperanto et jeu de mots dans l'œuvre de Raymond Schwartz ont aussi consulté :